Fête des Classics 2017 à Uchaux, dans le Vaucluse

fete-des-classics-porscheAprès dix éditions dans le Lubéron, la Fête des Classics se réinvente pour rompre la routine qui aurait fini par en avoir raison. Nouveau site, aménagements de programme, il n’en fallait pas plus pour qu’un vent nouveau souffle sur l’événement, un souffle nécessaire pour qu’il reste la référence incontestée sur le territoire

Texte et photos Josué Chevrel

En une décennie, elle est devenue l’événement incontournable de la scène Porsche Classic en France. Notamment parce qu’elle fut le premier en 2007, et qu’elle était implantée dans une des régions les plus attrayantes de l’Hexagone. Mais il faut bien se l’avouer, et les remarques des participants commençaient à en témoigner, après dix éditions sans bouleversement majeur, la Fête des Classics commençait à tourner en rond, à se mordre la queue au risque de s’avaler tout entière. Le sempiternel rendez-vous “café-croissant” du dimanche matin à Lourmarin ; les routes de balade du Lubéron, admirables au demeurant, mais écumées de long en large (et en travers pour ceux qui se reconnaîtront) ; les mêmes alignements de Porsche sur la même pelouse grillée du parc du Château d’Ansouis, dont la façade ne faisait même pas partie du décor ; le même programme, à la minute près, contraignant et qui lais-sait traîner des longueurs… Bref, l’effet de surprise n’y était plus, il fallait du neuf. En pleine crise d’adolescence, la Fête des Classics a eu par ses organisateurs la bonne idée de se remettre en question. Inutile de vous éclairer sur l’énergie, la ténacité et l’attention qu’il aura fallu à Joël, Jeff et Patrick, le trio de tête, pour mener à bien la mutation, ça fait partie de la popote qui doit rester cachée en cuisine pour que les participants ne perçoivent et ne retiennent que la saveur encore inconnue d’une Fête des Classics “nouvelle recette” (…)

Pour lire la suite de l’article, achetez en ligne votre magazine Speedster n°39 en version numérique ou en version papier sur hommell-magazines.com