Speedster #48 : 935 K3 1979 Le Mans

La seule 911 qui a remporté les 24 Heures du Mans. » J’en vois là, au premier rang, prêts à me lapider sans procès, plus outrés encore que si j’avais blasphémé, me hurlant que la seule 911 à avoir remporté les 24 Heures du Mans, c’était en 1998, et c’était une GT1. J’entends, mais je maintiens et m’explique… En 1998, la catégorie reine du championnat FIA GT est à son apogée. La 911 GT1 y apparaît sur la saison 1996, mais sa filiation avec la 993 de route est ténue : à Weissach, on a conservé tout l’avant de la 993 déjà validé au crash-test, on tronçonne derrière les portières, on y boulonne des tubes pour intégrer les organes de 962 et le tour est plus ou moins joué. Si l’on n’est pas trop regardant sur les principes, on peut vaguement considérer l’affaire comme une super 993, qui gagne tout sur son passage sauf… les 24 Heures du Mans ! En 1997, la 911 GT1 n’évolue que pour adopter les gimmicks de la nouvelle 996, mais reste intrinsèquement la même, basée sur la même coque de 993. Mais les nouvelles Mercedes CLK GTR lui volent la vedette. Lorsqu’elle remporte enfin les 24 Heures du Mans en 1998, la 911 GT1 a adopté une monocoque carbone totalement inédite puisque le nouveau règlement l’y autorise, pour autant qu’un exemplaire de la voiture ait reçu son homologation routière. Cette fois, sans être plus regardant sur les mêmes principes, il ne faut pas prendre les bonnes gens pour des jambons, la GT1 n’est plus du tout une 911. En rien ! En 1979, c’était le contraire : l’engin qui remporte cette édition des 24 Heures s’appelle Kremer K3, version dérivée de la 935 “compétition client”. En d’autres termes une 911 Turbo (930) Gr. 5. La K3 conserve la structure monocoque, l’implantation mécanique, bref l’ADN de la 911. Ce qui nous autorise, nous oblige même, à présenter la “Numéro réservé” comme la seule véritable 911 à avoir remporté les 24 Heures du Mans. L’autre énergumène en couverture est bien une 911, plus tout à fait une Porsche. L’irrévérencieuse Diva n’a encore rien gagné sinon notre totale admiration. Pour l’audace d’un projet qui bouleverse les dogmes du backdating. Pour sa démesure technique aussi, son ingénierie et son approche industrielle aboutie. L’Atelier Diva nous a fait l’honneur de nous laisser suivre en live les deux années de développement de sa Targa de présérie, qu’il est maintenant temps de vous dévoiler…
Josué Chevrel, Rédacteur en chef

Le sommaire complet de Speedster magazine n°48 (jan-février 2019) :

Racing : 935 K3 1979 Le Mans
Néoclassic : 964 Carrera 4 Targa 1990
Outlaw : 356 B Cabriolet 1960
Outlaw : 912 1966
Outlaw : 911 2.4 T & Carrera 3.2 1973 & 1985
Transformation : 911 e-RWB
Portrait : Rolf Sprenger
Visite : Ravé Automobiles Classic
Porsche 70th Anniversary sale 2018

Pour acheter en ligne votre magazine Speedster en version numérique ou en version papier : hommell-magazines.com