Speedster #51 : 50 ans Porsche 917 (2e partie)

Au même titre que la 911, la 917 est un monument dans l’histoire de Porsche. Chacune a écrit sa part de la légende, dans deux directions diamétralement opposées. La vie civile pour l’une, la compétition pour l’autre. Sa longévité pour la première, sa carrière éclair pour la dernière. Mais quelle carrière ! La 917, ça pourrait n’être qu’une voiture de course. Les bolides qui ont remporté les 24 Heures du Mans en remplissent une liste interminable. Quatre-vingt-cinq éditions, vous pensez bien ! Tous n’ont pas marqué l’histoire avec la même force.

Une légende ! La 917, c’est un moment. Historique. Le 14 juin 1970. Le point de rupture avec vingt ans de tentatives infructueuses. Le point de bascule vers cinquante ans d’un palmarès sportif incomparable. La 917, c’est la machine qui a changé la face de Porsche. Définitivement. C’est toute une équipe qui atteint enfin l’objectif ultime, qui s’impose enfin dans la plus belle course du monde et qui va établir sur Le Mans un presque monopole. C’est Porsche qui gagne ! La 917, c’est une star de cinéma, la partenaire de Steve McQueen dans Le Mans, le film. Star d’une époque héroïque, qui a envahi l’imaginaire des gamins de 1971, et même bien après. Une star à la voix rauque, dans son costume bleu et orange…

La 917, ce sont aussi douze cylindres. Même si c’était la coutume chez d’autres constructeurs, c’était une première pour Porsche, une folie qui ne se reproduira plus, en course comme dans la vie civile, si ce n’est l’anecdotique V12 de Formule 1 pour Footwork vingt ans plus tard. La 917, c’est une bête qui a écrit sa propre légende. D’abord parce qu’elle a tué à peine libérée de son enclos, dès ses premiers tours de roues sur le circuit du Mans, avant de se laisser dompter par des ingénieurs et des pilotes qui l’ont comprise et l’ont aimée. Tout ça pour vous dire qu’on n’en mène pas bien large lorsqu’on vous propose d’essayer l’un de ces monstres sacrés, mais que juste pour vous, on consent à donner de sa personne…
Josué Chevrel, rédacteur en chef

Au sommaire du Speedster #51

Artisanat d’Art : 911 S by Berluti
Classic : Type 64 1939
Dossier : 917 50 ans 1969-2019
Portrait : Hans Mezger
Racing : 917-008 1969
Rencontre : Gérard Larrousse
Luftgekühlt Hollywood 2019
Outlaw : 356 B 1960
Rencontre : Joshy Robots
Fête des Classics Uchaux 2019

Pour acheter en ligne votre magazine Speedster en version numérique ou en version papier : hommell-magazines.com