Speedster #53 : 911 T 1972

Voilà, c’est fait ! Depuis quelques semaines, Porsche est très officiellement entré dans une nouvelle ère. Et ça semble enthousiasmer la cohorte de journalistes qui y voient l’avenir forcément rose, puisqu’il est vert… Allez, soyons objectifs, le Taycan (ou la Taycan, les usages divergent déjà entre la syntaxe officielle -le- et la pratique installée chez certains médias) semble être un reptile redoutablement redoutable, et promet par ses chiffres de sensations inconnues dans une voiture à moteur pollu… pardon, à moteur thermique : un 0 à 100 explosé en 2,8 s ! Ah si, pardon, votre serviteur avait pu expérimenter quelque chose d’assez similaire un jour d’avril dans un engin un peu plus bruyant dénommé 917. Une poussée dantesque et une expérience enivrante qui nous font dire que, finalement, si c’est ça que nous promet l’électrique, on veut bien essayer. Ne serait-ce que pour juger des sensations sans la bande-son…

L’avenir est en marche, oui, mais avez-vous remarqué à quel point, pour être acceptable, ou au moins crédible, il doit s’adosser à un solide héritage ? À quel point la rupture se joue dans la continuité ? En entrant dans cette ère nouvelle, le Taycan aurait pu défricher de nouvelles voies esthétiques, une nouvelle façon d’envisager l’automobile. Ce n’est pas pour l’en blâmer, du tout, mais dans son apparence, le spectateur mal informé n’y verra probablement qu’une nouvelle génération de Panamera… Le plus aguerri trouvera immédiatement une parenté plus affirmée encore avec la 911 originelle, depuis l’interprétation des volumes ou le profil des surfaces vitrées jusque dans le dessin de la planche de bord. Le Taycan est bien ancré dans la tradition Porsche, l’innovation en étant l’une des principales, au-delà du style.

Une tradition et un héritage dans lesquels ce numéro va encore vous plonger, d’ailleurs. Nous parlons héritage au service de l’innovation ? À une autre échelle certes, Porsche s’était intéressé à la suspension hydropneumatique autonome dès la fin des années 60, et cette technologie pourrait bien trouver des applications détournées aujourd’hui dans l’automobile électrique. Héritage, c’est aussi résumer trop vite les presque 3 000 pages de la quatrième et nouvelle édition de Excellence was Expected, l’ouvrage de référence depuis plus de quarante ans sur l’histoire de Porsche. Nous sommes allés à la rencontre de son auteur, Karl Ludwigsen, pour comprendre ce qui fait de ce livre une oeuvre unique. Nous sommes aussi partis à l’autre bout de l’Europe voir comment se joue la survie d’innombrables Porsche Classics dans le monde, nous avons décodé l’héritage génétique qui lie la 911 Carrera 2.7 RS à son aïeule 2.3 S/T… Un programme éclectique, plus qu’électrique !

Josué Chevrel, rédacteur en chef

Le sommaire de Speedster n°53 :
Outlaw 911 T 1972
Rencontre Karl Ludwigsen
Outlaw 356 A 1956
Visite : Dansk
Custom 356 1953 & 1958
Technique : Suspension hydropneumatique
Racing 911 S/T 2.3 1971 & 911 Carrera 2.7 RS 1973
Racing 911 SC/RS 1984
La 911 Classic 2019 en Auvergne

Pour acheter en ligne votre magazine Speedster en version numérique ou en version papier : hommell-magazines.com